fbpx

19 Mai 2022

ECHO ECO

Le troisième trimestre de l’année 2021 s’est caractérisé par plusieurs événements économiques, financiers et sociaux, mais les plus saillants et marquants sont :

  • Le taux de croissance mondiale.
  • Les élections de 2021 : taux de participation, résultats, constitution du prochain gouvernement…
  • Un PIB marocain de 5,6% pour l’année 2021.
  • Désormais, le système Bachelor entrera en vigueur cette année.
  • Une entrée scolaire conditionnée par la vaccination.
  • Le PLF 2022 : Les grandes lignes.
  • La généralisation de la protection sociale.

1- Le taux de croissance mondiale :

Dans son dernier rapport (« De la reprise à la résilience ») sur le commerce et le développement mondial en 2021, La CNUCED (Conférence des Nations Unis sur le Commerce et le Développement) prévoit une reprise de l’activité économique à l’échelle mondiale et table sur un taux de croissance mondial se situant aux alentours de 5,3%. Un taux de croissance qui n’a pas été réalisé depuis plus d’un demi-siècle.

2- Les élections de 2021 : Taux de participation, résultats, constitution du prochain gouvernement…

L’une des caractéristiques fondamentales des élections (nationales, régionales et locales) de 2021 concerne le taux de participation qui a atteint selon le Ministère de l’Intérieur 50,35% à la fin de l’opération de vote qui a eu lieu le vendredi 8 septembre 2021.

M Aziz Akhanouch (RNI) a été nommé par sa majesté le Roi au poste du Premier Ministre, il a été également chargé par le souverain de former le prochain gouvernement.

Immédiatement, Mr. Akhanouch a commencé ses négociations avec les autres partis politiques pour former la majorité et à date d’aujourd’hui le gouvernement sera constitué dans sa première version par les trois partis suivants:

  • Le RNI
  • Le PAM
  • L’Istiqlal

3- Un PIB Marocain de 5,6% pour l’année 2021 :

Après une année 2020 considérée très morose, par le Ministère de l’Economie et des Finances, ce dernier prévoit une embellie pendant l’année 2021 qu’il considère comme étant une année de sortie de la crise Covid-19.

En 2021, et à l’exception du secteur tertiaire, plusieurs secteurs d’activité ont pu se redresser atteignant ainsi leur niveau d’avant crise (production céréalière de 103,2 MQx, reprise des BTP,…).

Ainsi, le PIB national prévu pour l’exercice 2021 devrait évoluer dans une fourchette entre 5,5% et 5,8%, alors qu’il était de presque -6% en 2020.

4- Désormais, le système Bachelor entrera en vigueur cette année :

Effectivement, le système Bachelor ou bac+4 devrait entrer en vigueur l’année dernière, mais à cause de la Covid-19 il a été reporté jusqu’à l’année universitaire 2021-2022.

Le système Bachelor se caractérise par plusieurs changements. Il y a certes, l’allongement des années de formation qui passent de 3 ans à 4 ans. Mais, il y a surtout l’ajout des matières  » Soft Skills  » ou  » Développement Personnel  » pour mieux préparer l’étudiant à s’insérer facilement dans le marché du travail.

5- Une entrée scolaire conditionnée par la vaccination :

La commission interministérielle présidée par le chef du gouvernement a décidé (réunion du vendredi 31/08/21) de lancer pendant le mois de septembre 2021 une vaste opération de vaccination anti-Covid-19 au profit des élèves âgés entre 12 et 17 ans.

De ce fait, l’entrée scolaire et prévue pour le 1er octobre 2021. Cette opération qui vise la réalisation de l’immunité collective, mais également la formation présentielle, va bénéficier aux élèves d’enseignement privé et public et des écoles étrangères… afin de garantir des conditions sûres et saines pour le démarrage de l’année scolaire 2021-2022.

6- Le PLF 2022, les grandes lignes :

Selon les hypothèses des projets de la loi de finances 2022 la production céréalière devrait atteindre un niveau de 70 MQx. Ce qui permettrait à la croissance économique d’atteindre un taux de 3,2% pendant l’année prochaine.

En tenant compte d’un certain nombre de dépenses prévues pour 2022 comme la généralisation de la protection sociale (8,4 MMDH), les réformes des secteurs de l’éducation et de la santé (1,8 MMDH) les macros projets d’investissements…, le déficit budgétaire prévu, serait de l’ordre de 6% (prévisions du Haut-Commissariat au plan).

7- La généralisation de la protection sociale :

Le projet de la généralisation de la protection sociale a été lancé par sa majesté le Roi Mohammed VI pendant le mois sacré de Ramadan, ce projet comprend plusieurs volets :

  • La généralisation de l’assurance maladie obligatoire, fin 2022 ;
  • La généralisation des allocations familiales durant les années 2023 et 2024 ;
  • L’élargissement de la base des adhérents aux régimes de retraite ;
  • La généralisation de l’indemnité pour la perte d’emploi durant l’année 2025.

Le coût global de cette réforme est estimé à 51 MMDH dont 23 MMDH proviendront du budget général de l’Etat.