fbpx

03 Juin 2020

La position du Maroc sur le plan africain

En matière de « Start up »

A l’opposé de ce que croit la majorité des marocains, les start up au Maroc n’occupent pas une position honorable sur l’échiquier africain et le total des levées de fonds ne dépasse pas 3 millions de dollars, alors qu’un payé connu, la Kenia occupe la première place avec 348 millions de dollars, suivi de Nigeria avec 346 Millions de dollars et à 3ème position l’Afrique du sud avec 250 Million de dollars de fonds levés.

Le Maroc se positionne dans le 15ème rang juste avant le Mouzanbik, L’Enghanda et la côte d’ivoire. En revanche, ce qui est particulier dans ce classement, c’est que le « TOP 5 » sont tous les pays anglosaxons.

De l’autre côté, nous remarquons que 70% des structures d’accompagnement se trouvent concentrées dans la ville de Casablanca et 30% dans la ville de Rabat. Ce qui veut dire que le reste du royaume ne dispose pas de ces structures pour accompagner les start up nouvellement créés.

Une nouvelle solution pour les chèques sans provision :
Dans le passé, la pénalité à payer pour les chèques sans provision était du 5ù du montant du chèque et lors du 1er incident.

 S’il y’a récidive, cette pénalité devient double ; c’est-à-dire 10%. S’il y’a encore récidive, pour la 3ème fois, la pénalité se double aussi à 20%.

Mais aujourd’hui, et à partir du 1er Janvier 2020, la pénalité ne sera que de 1.5% du montant du chèque avec un plafond ne dépassant pas 10 000Dhs pour les personnes physiques et 50 000Dhs pour les personnes morales.

Cette nouvelle procédure va certainement pousser les personnes à s’acquitter de leur dette, à rendre confiance à l’utilisation des chèques et surtout à renforcer le rôle des banques et de la monnaie scripturale.

Le nouveau partenariat économique entre la France et la Chine évolué à 15 Milliards de dollars :
Pendant sa dernière visite à la Chine, le président français Emmanuel Macron a signé plusieurs partenariats et conventions concernant plusieurs secteurs d’activité, notamment l’énergie, l’environnement, les produits alimentaires, l’aéronautique, etc… Le volume global de ces conventions avoisine 13,6 Milliards d’Euro ou 15,1 Milliards de dollars.

Sans nul doute, ces conventions vont améliorer quantitativement et qualitativement les relations économiques et commerciales entre les deux pays et atténuer par ricochet,  les tensions commerciales entre la Chine et les Etats Unis.

L’analyse de la conjoncture économique marocaine par FMI :
Selon le FMI, le royaume du Maroc va enregistrer un taux de croissance de l’ordre de 2,8% pendant l’exercice 2019 et un déficit budgétaire avoisinant 4% pendant la même année.

Par ailleurs, s’il y’a une parfaite maitrise des taux d’inflation pour se sortir aux alentours de 0,4%, le taux de chômage, quant à lui reste relativement élevé : 9,4%.

En revanche, la convention des imports par les exports est évaluée à 5,2 morts, ce que correspond pratiquement à 25,4 Milliards de Dollars vers la fin de l’année 2019.

Les experts du FMI précisent que le Maroc a lancé récemment plusieurs reformes, mais pour renforcer davantage la flexibilité de l’économie marocaine, un certain nombre de mesure doit être rapidement entrepris afin de dynamiser la gouvernance, le marché de l’emploi et l’éducation nationale.

L’analyse d’Eurler Hermes de la croissance économique dans la zone euro :
Selon le cabinet international Euler Hermes le PIB de la zone euro n’a augmenté que de 0.2% pendant le 3ème trimestre de l’année 2019.

 De même, les experts d’Euler Hermes ne prévoient qu’un taux de croissance faible de l’ordre de 1% pendant l’année prochaine. Ceci s’explique par le marasme et la stagnation que connaissent tous les pays de la zone euro ainsi qu’une faible demande mondiale sur les produits et services de la zone euro qui sont restés au même niveau que l’année 2013.

Les salaires et les effectifs dans la fonction publique
Le niveau des salaires dans la fonction publique va augmenter de 6.7% entre 2019 et 2020 pour plafonner à 119.67 Milliards de Dirhams soit 9.88% du PIB marocain.

Les salaires ne sont pas distribués de façon équitable entre les différents ministères. Effectivement, le salaire mensuel net moyen est de :

  • 11 710.00 Dh dans la justice
  • 10 045.00 Dh dans la santé
  • 7 829.00 Dh dans l’économie et la finance
  • 6 873.00 Dh dans l’intérieur
  • Etc

D’un autre côté, il est important de constater que 75% des fonctionnaires de l’Etat (soit 564 549 personnes) ont un âge supérieur à 35 ans et que 33.8% d’entre eux ont un âge supérieur à 50 ans. Néanmoins, le nombre de femmes dans la fonction publique ne dépasse pas 34.8%.

Donc la pyramide d’âge (forme champignon) est très gonflée au niveau du sommet ce qui explique en quelque sorte l’éclatement de la masse salariale.

Le marché de l’emploi pendant le 3ème trimestre de l’année 2019
Le nombre de poste de travail nouvelles crées jusqu’au 3ème trimestre de l’année 2019 est de 143 000 postes, notamment par des secteurs actifs comme les services et les bâtiments et travaux publics. Alors que d’autres et plus particulièrement l’agriculture, l’industrie et l’artisanat ont connu une régression en matière de création d’emploi.

Suivant les dernières statistiques publiées par le HCP, le taux de chômage est passé de 9.3% au 9.4% entre 2018 et 2019. Par contre, le taux de chômage chez les jeunes âgés de 15 à 24 ans reste excessivement élevé puisqu’il a dépassé le seuil de 26.7% .

Brahim TEMSAMANI
Docteur en Management des Organisations
Consultant senior en management

shares