fbpx

09 Juil 2021

Le bien-être au travail au service du rayonnement de la « Marque Employeur »

La Marque Employeur est souvent définie comme l’image externe renvoyée par l’entreprise auprès de ses cibles de recrutement et résultant de son image interne auprès de ses collaborateurs. Depuis quelques années, la Marque Employeur est ainsi un concept qui intéresse de plus en plus les entreprises, pour pouvoir rayonner au niveau du marché et faire face aux challenges d’attractivité des talents d’une part et de fidélisation des collaborateurs en interne d’autre part.

En effet, une entreprise jouissant d’une bonne Marque Employeur sur le marché, a beaucoup plus de chances de recevoir des candidatures de qualité et de réussir par la même occasion ses recrutements et ses challenges entrepreneuriaux. Une bonne Marque Employeur permet aussi à l’entreprise de jouir d’une haute crédibilité auprès de ses partenaires sociaux qui seront plus enclins à adhérer aux projets de l’entreprise en raison de sa bonne réputation sur le marché.

1. Les principaux bénéfices d’une bonne marque employeur :

Face à la pénurie croissante des compétences et la quête continue des entreprises de recruter les talents et les forces vives qui assureront sa compétitivité et sa pérennité sur le marché, les organisations ont compris que la « Marque Employeur » est un avantage majeur permettant d’assurer l’attractivité des profils pointus, compétents et rares.

Outre l’attractivité des talents, une bonne Marque Employeur présente d’innombrables bénéfices pour l’entreprise dont nous énumérons, dans ce qui suit les principaux avantages :

  • Augmentation de la notoriété de l’entreprise sur le marché.
  • Diminution de la difficulté d’attirer les profils pointus et rares à l’entreprise.
  • Raccourcissement des délais de recrutement : en effet, les longs délais de recrutement engendrent des retards dans la capacité de l’entreprise à servir ses clients finaux.
  • Baisse de l’absentéisme et du turn over internes.
  • Augmentation de la motivation et de la productivité.
  • Impact positif sur la performance globale de l’organisation.

2. Les enjeux de la réputation et les dangers d’une communication de séduction  incohérente avec la réalité de l’entreprise :

La marque employeur ne doit être en aucun cas une communication de séduction dont l’objectif est limité à vouloir attirer les talents lors des processus de recrutement, mais plutôt un état d’esprit général et positif qui dépasse les fonctions Marketing et RH pour concerner toute la société.

L’entreprise devrait donc honorer les promesses qu’elle a communiquées haut et fort dans le cadre de sa communication RH externe, au risque de décevoir les nouvelles recrues qui ne toléreraient pas une dissonance communicationnelle criante entre l’image que la société s’investit à dégager au monde externe et les pratiques réelles vécues dans le quotidien de la société.

Un tel désaccord entre les idées marketées et les idées réelles façonnant la culture interne de l’entreprise ne feraient autre que de frapper de plein fouet tous les efforts de la société tout en entrainant le désengagement progressif des salariés.

Les collaborateurs internes exposés à une dissonance communicationnelle entre les valeurs prônées par l’entreprise, mais en totale déphasage avec la réalité, risquent de se désengager psychologiquement par rapport à l’entreprise avec tout ce que ceci entraine en termes de baisse de productivité, de hausse de l’absentéisme et de turn-over.

Dans ce sens, l’entreprise ne devrait pas fonder sa communication sur une approche « top down » basée sur des belles affiches installées à l’intérieur de ses locaux et citant un ensemble de valeurs qui ne correspondent nullement à ce que vivent concrètement ses collaborateurs dans leur quotidien en entreprise.

Les risques réputationnels entrainés par les messages paradoxaux cités ci-dessus, sont devenus donc de vrais enjeux pour les entreprises qui ont compris qu’avec la prise de parole libre sur les réseaux sociaux, les mauvaises expériences des partenaires internes et externes avec ladite entreprise risquent d’être partagées massivement sur la toile et frapper de plein fouet ses efforts et ses investissements pour bâtir une image de marque solide et brillante sur le marché.

Pour faire face à ces importants enjeux réputationnels, dans une ère où la notoriété est de moins en moins contrôlable, beaucoup d’entreprises sont désormais conscientes que la réputation est leur actif le plus précieux qu’il convient de conserver et de protéger en lui donnant la plus haute attention.

Les entreprises prennent donc de plus en plus au sérieux le bien être des salariés; en les considérant comme de vrais clients « internes » à satisfaire et à fidéliser grâce à une vraie politique de qualité de vie au travail.

3. Le bien être au travail au service de la Marque Employeur:

S’inspirant des pratiques du marketing et de l’expérience client, les acteurs de la fonction RH et du recrutement cherchent à développer l’engagement des collaborateurs internes en améliorant le plus possible l’expérience candidat et salarié.

En effet, aujourd’hui, et pour mieux faire parler d’elle, l’entreprise identifie des ambassadeurs en interne qui véhiculeront ses valeurs à l’externe et sa politique de bien être qui contribue à renforcer sa marque employeur. Mais alors quelle est la définition du bien-être ? Selon Larousse, le bien être est défini de la façon suivante : « État agréable résultant de la satisfaction des besoins du corps et du calme de l’esprit. Aisance matérielle qui permet une existence agréable. » Pour résumer, on distingue :

  • le bien-être moral ou physiologique.
  • le bien-être physique et matériel.
  • A titre d’exemple, les entreprises proposent les solutions suivantes :
  • Des séances de sport ou de relaxation.
  • Des repas équilibrés à la cantine d’entreprise.
  • Assurer un équilibre entre la vie perso/vie pro en mettant en place un accord de télétravail.
  • Une large autonomie dans la gestion de leur travail.
  • Des paniers de fruits hebdomadaires.
  • Des formations pour gérer leur stress au travail ou leur gestion du temps.
  • Un bureau et un siège adaptés pour un travail posté.

Souvent, on pourrait confondre le bien-être avec le bonheur au travail. De notre point de vue, ce dernier résulte davantage d’un besoin individuel alors que le premier concerne un besoin collectif.

Pour conclure, quels sont les enjeux du bien-être en 2021 et leur impact sur la marque employeur ?

Aller vers un vrai développement professionnel :

Parce que l’épanouissement professionnel favorise le développement de l’entreprise, via une productivité en hausse mais également un engagement personnel plus fort de la part de ses employés.

Pour une entreprise attractive :

Parce que les entreprises qui ne garantissent pas ou insuffisamment cette qualité de vie au travail sont dédaignées par les talents et ont du mal à recruter, le bien-être au travail étant devenu un levier majeur du talent management et de la fidélisation des employés.

Pour répondre aux attentes d’aujourd’hui :

Et ce tout particulièrement auprès des jeunes générations et des millenials, pour qui le bien-être au travail est un prérequis non négociable. Pas question de se tuer à la tâche ou de stagner à un poste qui ne nous correspond pas : la vie professionnelle mérite autant de soin et d’équilibre que la vie personnelle.

La mise en place d’une vraie politique de qualité de vie au travail de la part de l’entreprise s’avère donc comme un enjeu de taille dont la réussite lui conférera le privilège de jouir d’une Marque Employeur de premier plan. Grâce à des collaborateurs fiers, épanouis et totalement engagés, l’entreprise pourra libérer le plein potentiel de ses forces vives pour conquérir avec puissance son marché et aspirer à atteindre une position de référence dans son secteur d’activité.

 

Mme. Nadia Khanchali                                                                      Mme. Nadia SBAI

Recruitment Manager & employer Branding ;                        Marketing & Communication consultant.
Delaware France.

Article du magazine « AIGLE »9ème édition

shares