fbpx

04 Juin 2020

Les entreprises à l’épreuve de la pluralité culturelle

L’interculturalité n’est pas un concept nouveau en soi dans les entreprises, car il a toujours existé dans ses structures une pluralité de cultures. Cette multi culturalité liée auparavant à des particularités culturelles régionales, locales ou tribales, a connu son apogée avec la mondialisation des échanges. Cette internationalisation, qui a apporté entre autres la mobilité géographique, a supposé un défi et une opportunité pour les entreprises en termes de ressources humaines :

  • Un défi ? Mieux structurer et organiser une entreprise caractérisée par une grande diversité culturelle dépend de l’identification des différences personnelles, des points communs et de leur adaptation à la culture de l’entreprise. Il y va de sa réussite en termes d’images. En utilisant correctement cette nouvelle réalité, l’entreprise renforce la culture organisationnelle, améliore la motivation, l’innovation et l’efficience personnelle qui se traduisent en avantages compétitifs certains. Cela suppose de disposer de compétences inter culturelles dans l’organisation.
  • Une opportunité ? Les bénéfices de l’inter culturalité ne sont plus à démontrer. En termes économiques, l’inter culturalité est un facteur de développement et de croissance de l’entreprise. Car la diversité culturelle est source de créativité et d’innovation.

C’est aussi une source d’inspiration et une manière de voir autrement les problèmes complexes d’une entreprise et de leur apporter des solutions tirées d’idées nouvelles.

Prendre conscience de l’importance de l’inter culturalité suppose une démarche intentionnelle et une méthode alternative pour regarder, relire et relier les relations entre des personnes étrangères et/ou de cultures différentes dans une entreprise.

Dans le domaine des sciences sociales, on doit à (Guattari, 1972)[1] le concept de transversalité qui traduit bien cette réalité. Cette prise de conscience des intérêts communs qui nous lient à l’entreprise, mêlés à nos façons de vivre et d’être, nous permet de travailler et progresser ensemble. C’est à l’opposé d’une lecture dominante de la diversité culturelle qui associe la supériorité d’une culture sur la (les) autres, et à ce titre ignore la particularité de chacun. 

Il apparait donc nécessaire pour toute entreprise de travailler sur la diversité culturelle de ses collaborateurs (mais pas seulement, car elle s’étend aux clients, fournisseurs, actionnaires,…), sur la manière de la gérer, sur les compétences nécessaires et enfin comment l’associer à la croissance et au développement durable de l’entreprise.

Dr Laïla HILAL
Enseignante Chercheure Psychosociologue

Article du magazine « AIGLE », 2ème édition



shares